La femme la plus petite

Dans La femme la plus petite, tous les personnages et leurs actions sont réels ; les photos que Franz avait abandonnées à l’hôpital le jour où, malgré lui, il avait finalement accepté la nature d’Elsene, le prouvent.

Il est retourné quelques années plus tard. Je lui ai rendu ses photos que je gardais encore. Dans certaines occasions, quand je pensais aux moments passés avec lui, je regardais les photos lentement et attentivement. Franz les a refusées avec un demi-sourire, éloignée du malheur qu’un jour elles lui avaient causées. Ensuite, il m’a donné une enveloppe fermée où se trouvait écrit à la main le titre de ce bouquin. « J’aimerais que tu le lises », c’est tout ce qu’il m’a dit par rapport au sujet. Je ne l’ai plus jamais revu.

Après avoir lu son texte, j’ai cru deviner le contexte dans lequel chacune de ces photos avait été prise. C’est moi qui s’est permis la liberté de les donner un titre.

Si vous décidez de lire son histoire, peut-être vous vous demanderez qui était « La femme la plus petite ». Cependant, nous sommes beaucoup de femmes et très différentes celles de la vie de Franz de la période où il parle. Je vous éviterez l’ennui de prendre note de tous leurs noms : Elsene, Juanita, Gundi, Carola, Pandora – oui, elle aussi – Marie Giesler, sa propre mère ou Monique, moi.

Les photos de la première partie de La femme la plus petite

Disponible en espagnol ici…

Novembre 2015